Arbre nu à la pierre noire

Silhouette d’arbre | Photo d’hiver

Cet arbre-là, je ne pensais pas le poster ici: la photo a été prise au coucher du soleil il y a quelques semaines, et je me suis alors dit: « Sans doute la dernière photo de silhouette d’arbre nu de l’hiver. Bientôt, le printemps effacera ces silhouettes branchues et griffues à coup de bourgeons et de feuilles vertes et grasses… ».

Mais depuis… rien n’a changé! Ce vieil arbre surveille la plaine toujours aussi nu que les fruitiers de mon jardin.

Arbre à la pierre noire

Arbre nu pierre noire ou fusainPierre noire, fusain, lavis… En quête de matière

Vous le savez, je poursuis ma quête de matière picturale: expérimenter et reproduire les effets de différents médiums et outils scripteurs à l’aide d’un simple boîtier reflex, sans artifice ni retouche, avec cette idée qu’une photo, c’est avant tout un objet: c’est le tirage sur papier qui lui donnera toute sa réalité et qui révélera réellement la « matière » de cette image. Lors de la prise de vue, c’est donc aussi ma connaissance de ces différents médiums qui guide mon oeil. En résumé: je prépare mes photos en scrutant les dessins dans les musées ou en gribouillant sur des carnets dans mon atelier, qui déborde d’un tas de trucs accumulés au fil des années: pastel, fusain, sanguine, huile, pastel gras, acrylique, encre à l’eau, encre de chine… Je ne sais pas résister à l’appel des marchands de couleurs ;-).

Arbre nu né d’un reportage TV

Cet arbre-là, il est né il y a des années dans un petit coin de mur de mon cabinet de curiosités intérieures: j’ai vu un reportage TV sur le travail d’un artiste japonais (je crois?) qui utilisait la pierre noire rehaussée d’encre jaune pour réaliser de grands dessins sublimes de nus estompés et suggérés dans une brume de poudre de pierre noire et de subtils lavis ocre. Hélas, je n’ai pas mémorisé le nom de l’artiste… Me reste seulement le souvenir de l’amplitude de ses gestes et de la naissance de ses oeuvres sous l’oeil de la caméra. Si jamais cela vous évoque quelque chose?

Tout ça pour dire que j’ai réalisé cet arbre nu en pensant à cette rencontre entre la texture poudreuse et profonde de pierre noire et la transparence aquatique du lavis, qui peut être mis en parallèle avec le contraste entre l’arbre dont les racines s’enfoncent profondément dans une terre noire, et l’eau, fluide, éthérée et doucement colorée. 

Très bonne fin de semaine à tous! Je retourne à mes préparatifs: à l’ordre du jour, ça sera cartons d’emballage et peut-être séance photo si la lumière veut bien durer encore un peu 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *