Aubépine, pervenche, coucou: les couleurs du printemps

Après l’anémone des bois et la primevère élevée, voilà un second bouquet de fleurs sauvages à observer en ce moment.

Aubépine en fleurs (épine blanche)

La floraison de l’aubépine ou épine blanche (Aube signifie étymologiquement « Blanc« ) a succédé à celle de l’épine noire ou prunellier. Je préfère photographier l’aubépine que le prunellier, car elle offre une floraison bien plus dense.

L’année dernière, j’étais encore toute à mes soleils rouges, et je n’ai pas trop travaillé en blanc. Je n’aime pas refaire d’année en année la même chose. Et comme 2012 a souvent baigné dans une lumière rougeoyante, j’ai eu envie pour 2013 d’images plus fraîches et printanières, surgies d’un joyeux cumulus de beau temps, tout en conservant cette quête de la zone de netteté minimum.

Ci-dessus, en contrepoint de la saison du blanc pimpant 2013, la troisième photo est une inédite 2012, extraite de mes séances de prise de vue pour Lumière Rouge: un contrejour au crépuscule doré sur un arbre fruitier dont je vous avoue ne plus me rappeler: merisier, aubépine, cerisier?…

Coucou (Primevère officinale | Primula Veris)

Autre fleur sauvage qui illumine les talus de joyeuses taches jaune d’or: le coucou, le vrai cette fois, et non plus sa cousine plus pâle la primevère élevée, qui préfère les sous-bois aux étendues herbeuses.

Deux versions pour cette fleur que j’adore (l’une de mes madeleines de Proust, souvenirs d’enfance…) au parfum ténu à la fois herbeux et délicieusement sucré: un contrejour et une lumière douce pour une mise en valeur aquarelle.

Pervenche sauvage

Enfin, pour clore ce florilège de sauvageonnes sans prétention mais pas sans charme, voilà la pervenche (Vinca minor  | petite pervenche)

Vinca minor (petite pervenche)
Vinca minor (petite pervenche)

La pervenche est très fréquente, et lorsqu’elle colonise un sous-bois, elle peut former un tapis dense, à la manière de l’anémone sylvie. Pourtant, il m’a fallu quelques saisons avant de la débusquer près de chez moi. Feuilles repérées l’an dernier, et ce printemps, arrivée sur les lieux presque trop tard: j’ai raté le plus gros de la floraison, mais j’ai pu sans mal trouver assez de fleurs isolées pour rassasier mon capteur.

Très bonne semaine à tous: profitons du printemps!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *