Un petit coin à orchidées…

Orchidée sauvage en Champagne-Ardenne:

Les orchidées sauvages débarquent en Champagne-Ardenne! Après les floraisons de fleurs blanches (anémone des bois), c’est au tour des premières orchidées d’illuminer les sous-bois.

Orchis mâle (Orchis mascula)

Orchis mâle (Orchis mascula)
Orchis mâle (Orchis mascula)

Certaines orchidées sont déjà bien fleuries, et commencent même à faner. D’autres sont bien malingres et encore en bouton…

Petite orchidée orchis mâle en forêt
Petite orchidée orchis mâle en forêt

J’avais repéré les rosettes de feuilles caractéristiques depuis longtemps. Je surveillais… mais je ne les attendais pas si tôt! Deux jours de chaleur et de soleil ont suffit pour que les hampes florales s’étirent hors des feuilles et qu’un peu partout, les premiers orchis mâles apparaissent. Ils me semblent d’ailleurs plus nombreux que l’an passé.

orchidee-sauvage-champagne-ardenne
Orchidée orchis mâle du soir

Mon coin à orchidées orchis mâle se cache dans un sous-bois très touffu et encombré de bois mort. Pas facile de trouver un plan assez dégagé pour travailler le bokeh! J’ai fini par dénicher ce pied d’orchidée assez près de la lisière pour “aérer” un peu l’arrière-plan.

La vie en rose: l’orchis pourpre (orchis purpurea)

Je suis même tombée sur une unique orchidée orchis pourpre fleurie. Généralement, l’orchis pourpre arrive juste après l’orchis mâle. Cette année, je crois que le printemps tardif et le froid persistant a un peu mélangé les dates de floraison ;-).

orchis pourpre (orchis purpurea)
Orchis pourpre (Orchis purpurea)

La lumière était encore un peu trop dure, mais comme c’est la première de la saison, je ne résiste pas à la partager avec vous :-).

Voilà pour la première récolte. C’est le tout début de la «Saison-orchidées»: les spécimen sont encore rares et on n’a pas trop le choix des fleurs à photographier. il faut composer avec beaucoup de contraintes. Difficulté supplémentaire: impossible de s’allonger par terre, car une orchidée pousse rarement seule et pas question d’écraser ne serait-ce qu’une fleur, juste pour obtenir une photo d’une autre. Mais composer avec les contraintes et les aléas, c’est ça, le plaisir de la photo nature, non 😉 ?

A très bientôt, avec de nouvelles photos j’espère (sans doute une atmosphère moins chaude… Car depuis, la pluie et le ciel gris sont revenus 🙁 )

Voir également:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *